Monthly Archives: mars 2015

Ecole du théâtre d’art de Moscou au Théâtre 71 à Malakoff

Sous l’égide de la Maison de la Culture 93 de Bobigny (fermée pour travaux), l’Ecole du théâtre d’art de Moscou propose au théâtre 71 à Malakoff (92) 2 présentations d’atelier en russe surtitré en français:
– Le 24 mars 2015 à 20h30 et le 25 mars 2015 à 19h30 : Le Bruit et la Fureur
– Le 26 mars 2015 à 19h30 et le 27 mars 2015 à 20h30 : Séance d’un autre temps

Lorsque Viktor Ryjakov, directeur de cette promotion de l’Ecole a demandé à ses élèves de travailler sur Le Bruit et la Fureur de Faulkner, le plus difficile fut de traduire l’œuvre littéraire dans un langage théâtral. Le monologue tragique demeurait inadapté à recevoir le flux faulknérien.
Les acteurs deviennent alors narrateurs. Ils passent les masques des différents protagonistes sans en choisir aucun. Lorsqu’un fragment fait sens, on passe au suivant, mais l’essentiel échappe toujours aux formulations concrètes. Ils sont « soumis à l’inertie du roman », emportés par le flot faulknérien. Le spectacle continue sa recherche, passant fiévreusement d’un événement du roman à l’autre, repassant plusieurs fois les mêmes scènes, dans la tentative vaine de se comprendre.
Le spectacle visite tout le spectre des possibles au théâtre. Chaque acteur a choisi un fragment du roman qui fait sens aujourd’hui, et le reconstruit, le décompose… Le portrait déformé de la famille Compson émerge alors… Les visages changent, et on reconnaît peu à peu ceux des jeunes acteurs qui rendront un saisissant portrait de ce que nous sommes aujourd’hui.

Séance d’un autre temps: des chansons, des paroles oubliées, des voix, des noms, des photos, des films, pour partir à la recherche des signes du passé. De ce passé certaines choses qui restent à jamais en nous, sans marques du temps, d’autres en revanche, disparaissent sans laisser de trace. Aujourd’hui, en racontant l’histoire du siècle passé, nous essayons de nous souvenir : ce sera peut être un tout petit pas en avant pour répondre à la question: comment ne pas se quitter, comment ne pas oublier?
Ce « concert » c’est essayer de ne pas laisser s’échapper ce qui est révolu, ce qui se dérobe, le temps qui passe. Photos en noir et blanc de nos grands-mères et nos grands-pères, de nos pères et de nos mères , vieux disques vinyles usés d’avoir été trop écoutés, images floues de films sur des bobines parties aujourd’hui en poussière. C’est le passé raconté par des voix de jeunes femmes et de jeunes hommes, leur regard sur les générations des mères et des grands-mères, quand elles aussi avaient leur âge.

Renseignements et billeterie en ligne:
http://billetterie.theatre71.com/4DCGI/3web_val_ident

 

Quand les Russes rient: festival du film d’humour russe

L’humour russe existe-t-il? Le cinéma Grand Action ( 5 rue des Ecoles 75005 Paris) vous en fournit la réponse, avec pas moins de 22 films de 1950 à 2012 au programme de ce festival du jeudi 26 mars au lundi 30 mars 2015:

Festival_Quand-les-Russes-rient_resize

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plusieurs grands classiques dans cette programmation: Les Cosaques de Kouban (1950), La nuit du carnaval (1956), Moscou ne croit pas aux larmes (1979). Sans oublier les préférés d’Olga, le film culte Amour et pigeons (1984) et surtout Ironie du sort (1975), obligatoire film de Noël que la TV russe rediffuse chaque année comme nous Le Père Noël est une ordure.

Et en bonus de ce festival: 4 films d’animation pour les petits parmi les meilleurs du répertoire (Le hérisson dans le brouillard a charmé l’enfance d’Olga); 7 courts métrages en compétition; et une table ronde justement intitulée « L’humour russe existe-t-il? » le samedi 28 mars 2015 à 10h.

Séances et tarifs:
http://www.quandlesrussesrient.com/grille-projections.html