Blog

DESTINS DOLGANES au musée de l’Homme

Les Dolganes du Nord Taïmyr comptent parmi les populations les plus isolées de l’Arctique russe. Si une large part de cette population d’éleveurs de rennes est depuis longtemps sédentarisée, quelques familles continuent toujours à nomadiser au rythme de la transhumance des troupeaux.

Nicolas Mingasson est photographe et journaliste. Depuis 1995 il compte parmi les rares occidentaux à avoir régulièrement parcouru la région de la péninsule de Taïmyr.Ces dernières années, il y est retourné pour réaliser Portraits d’Arctique, une série de portraits filmés sur le thème de la mémoire et de la culture.Les 78 photographies de DESTINS DOLGANES exposées au récemment rouvert musée de l’Homme à Paris jusqu’au 7 mars 2016 sont tirées de ce travail.

Destins Dolganes illustre le quotidien actuel des Dolganes dans ce qu’il a de plus divers, entre tradition et modernité, entre les anciens accrochés à leurs villages et leurs enfants et petits-enfants qui, plus que jamais regardent vers le sud et imaginent leur avenir loin de leur terre natale. L’exposition présentera également une série de photographies tirées des albums de quelques vieilles familles dolganes. Cette vision inédite oblige à un tout autre regard, loin des clichés habituels et nous invite à réviser notre propre regard sur le monde.

Tout au long de l’exposition, huit courts documentaires  Portraits d’arctique – Une mission ethno-photographique au pays des Dolganes réalisés en 2011 par Nicolas Mingasson et Vincent Gaullier, seront diffusés au sein de l’exposition. Un cycle de projection/débat sur la sibérie accompagnera aussi cette exposition les samedis 30 janvier, 13 février et 5 mars 2016. Ces films ethnographiques proposent un regard inédit sur la manière dont les Dolganes se perçoivent eux-mêmes.

Informations pratiques:
http://www.museedelhomme.fr/fr/visitez/agenda/exposition/destins-dolganes

Dans la péninsule de Taïmyr, à l'extrême Nord de la Sibérie, un enfant Dolgane de deux ans fait sa sieste à l'extérieur du campement, emmitouflé dans le manteau de sa mère. Derrière lui, des rennes du troupeau domestique passent leur chemin

Dans la péninsule de Taïmyr, à l’extrême Nord de la Sibérie, un enfant Dolgane de deux ans fait sa sieste à
l’extérieur du campement, emmitouflé dans le manteau de sa mère. Derrière lui, des rennes du troupeau domestique passent leur chemin

Jeune couple d’éleveurs de rennes de la région de Novorybnoïe. De plus en plus rares sont les Dolganes de cette génération à poursuivre une activité dans la toundra.

Jeune couple d’éleveurs de rennes de la région de Novorybnoïe. De plus en plus rares sont les Dolganes de cette
génération à poursuivre une activité dans la toundra.

Cet article a été posté dans Blog. Afficher le permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.