Monthly Archives: mars 2017

« Les Russes – L’esprit d’un peuple » de Marc Ferro

Spécialiste reconnu de la Russie, Marc Ferro poursuit avec ardeur son travail d’historien depuis un bon demi-siècle. Et il nous en livre un excellent témoignage avec son dernier ouvrage Les Russes-L’esprit d’un peuple (Tallandier, 222 pages, 19,90€). Pas de démonstration ici, pas d’histiriographie officielle, Marc Ferro mobilise plutôt ses souvenirs personnels pour nous décrire l’évolution d’un peuple depuis la Révolution de 1917. L’approche est volontairement subjective, voire pointilliste à force d’anecdotes. Mais ce livre se lit agréablement, et mine de rien, Marc Ferro en profite pour vous suggérer quelques idées forces sur ce siècle d’histoire et l’influence qu’il a exercé sur la psyché russe.

Lecture musicale des « Chroniques de Billancourt » à la VOZ’ Galerie à Boulogne

En écho au centenaire de la révolution russe de 1917 et à l’exposition « Memento Mori », natures mortes du peintre d’origine russe Natacha Nikouline à la VOZ’Galerie à Boulogne, la Compagnie du Pil vous raconte en musique Chroniques de Billancourt et nouvelles de Nina Berberova (1901-1993), ainsi que L’apocalypse en chantant, écrits de Mikhaïl Bakhrouchine, ancêtre de Natacha Nikouline. Cette performance des comédiens Carole Bourdon et Julien Menici et de l’accordéoniste Didier Buisson a lieu dimanche 19 mars 2017 à 17h (17h : Accueil, 17h30-19h : Lecture musicale, 19h : Échanges et cocktail dînatoire) à la Voz’Galerie  (41 rue de l’Est, 92 Boulogne) pour la modique somme de 8€.

Chroniques de Billancourt, Nina Berberova, Éditions Actes Sud, 1992, 256 pages, 19,80 €
Nouvelles traduites du russe par Alexandra Pletnioff-Boutin:
En 1925, Nina Berberova découvre Billancourt, sa colonie russe et ses usines Renault où dix mille de ses compatriotes en exil travaillent. C’est la vie quotidienne de ce petit peuple de déracinés qu’elle décrit dans ces Chroniques publiées entre 1928 et 1934.

L’apocalypse en chantant, Mikhaïl Bakrouchine, Éditions Vérone, 2017, 268 pages, 19,50 € :
Traduit et adapté à partir de notes autobiographiques par Alexis et Alexandre Nikouline
« Parvenu à Londres, après maintes péripéties, Mikhaïl Dimitrievitch Bakhrouchine se remémore son incroyable histoire. Issu d’une grande famille d’industriels moscovites, évoluant dans les milieux des collectionneurs d’art en Russie, « Micha » retrace dans ses mémoires sa jeunesse dorée, sa participation à la première guerre mondiale et à la guerre civile russe, ainsi que sa vie de réfugié puis d’émigré à Constantinople… »

3ème Festival du film russe de Paris

Après « Quand les Russes aiment » en 2016, « Quand les Russes chantent » est le thème de cette édition 2017 du Festival du film russe de Paris. Comédies musicales et films ayant pour thème la musique se succèderont du lundi 6 mars au mardi 14 mars 2017 dans 4 cinémas de Paris: le Balzac (Paris 8ème), le Grand Action (Paris 5ème), le Christine 21 (Paris 6ème), ainsi que le Max Linder (paris 9èmer) pour les courts métrages.

Notons déjà quelques temps forts: cérémonie d’ouverture lundi 6 mars à 19h30 au Balzac avec projection de La Dame de pique de Pavel Lounguine. Lequel Lounguine présentera lui-même son film et sera aussi présent à une rencontre autour du cinéma russe le mardi 7 mars à 17h au nouveau Centre spirituel et culturel orthodoxe russe du quai Branly. Mercredi 8 mars à 20h30, ciné-concert au Balzac avec La Grève, un film rarement projeté d’Eisenstein. Samedi 11 mars à partir de 18h au Grand Action, rencontre avec Andreï Konchalovski puis projection de son film Paradis. Et enfin mardi 14 mars à 20h au Grand Action, cérémonie de clôture du festival avec remise des prix. Et tous les détails sur le site du festival.