Blog

Andreï Makarevytch au Casino de Paris

Son nom ne vous dit peut-être rien, mais Andreï Makarevytch est une légende du rock soviétique et postsoviétique! Avec son groupe Машина времени , il a accumulé les succès dans les années 80 et 90. Olga se souvient encore avec émotion d’avoir été à seize ans à son concert à Leningrad dans les années 80… Depuis, Andreï Makarevytch n’a rien perdu de son allant: ce musicien engagé a été déclaré « agent étranger » par le régime actuel en septembre 2022.

Andreï Makarevytch Machina vremeni
Andreï Makarevytch et son groupe Машина времени

Le voilà en tournée en Europe avec escale au Casino de Paris (75009) le dimanche 5 février 2023 à 20h30 . Venez-le (re)découvrir en compagnie, sans nul doute, de nombreux Russes et Ukrainiens de Paris! Déjà un petit aperçu sur Youtube:

« Cactus » de Renata Litvinova au Théâtre Hébertot

Il n’y a pas que le répertoire classique du théâtre russe (voir notre post précédent sur Tchekhov ainsi que Les Frères Karamazov) qui revient sur les scènes parisiennes, les artistes contemporains aussi! Du moins ceux qui ont fui le régime de Poutine et se produisent maintenant en Europe.

Commençons par Renata Litvinova. Cette renommée actrice et metteuse en scène, proche de la chanteuse Zemfira, monte une nouvelle pièce, Cactus, dont la première a eu lieu à Tallinn l’été dernier et où elle joue le rôle principal. Synopsis de cette performance qui bénéficie d’une musique de Zemfira: dans un contexte intemporel de guerre ou d’émeutes, une femme s’apprête à rejoindre son amant, mais cela ne se fera pas : il l’a trahie avec une autre. Cette amante se révèle alors magicienne et son amour accomplit des miracles autour d’elle…

Cactus est repris pour trois soirées, le jeudi 26 janvier 2023 à 21h, vendredi 27 janvier 2023 à 21h, samedi 28 janvier 2023 à 21h au Théâtre Hébertot (78 bis bd des Batignolles 75017). La pièce est en russe et surtitrée en français. Billetterie sur le site du théâtre.

Renata Litivinova Cactus théâtre Hébertot

« Oncle Vania » et « La Mouette » de Tchekhov et « Les frères Karamazov » de retour au théâtre à Paris

L’année 2023 commence du bon pied: le répertoire classique russe réapparaît sur les grandes scènes parisiennes! Mentionnons pour janvier et février 2023:

Odéon, Théâtre de l’Europe
Oncle Vania d’Anton Tchekhov, dans une mise en scène contemporaine de Galin Stoev
2 – 26 février 2023

Odéon, Théâtre de l’Europe
Les frères Karamazov, adaptation contemporaine de Sylvain Creuzevault d’après le roman de Fedor Dostoievski
6 – 22 janvier 2023

Théâtre de la Ville, Les Abbesses
La Mouette d’Anton Tchekhov
3 – 26 février 2023

Mais faites vite si vous êtes intéressé : beaucoup de séances sont déjà « sold out »!

Renseignements et réservations sur les sites de l’Odéon et du Théâtre de la ville aux Abbesses

Oncle Vania de Tchekhov  à l'Odéon
Oncle Vania de Tchékhov au Théâtre de l’Odéon

« Journal ukrainien » de Boris Mikhailov

Les événements liés à la culture russe (au sens large du terme) se font hélas rares depuis février dernier, saluons d’autant plus la formidable exposition de photos de Boris Mikhailov à la Maison Européenne de la Photographie (MEP) jusqu’au 15 janvier 2023.

Né en 1938 à Kharkiv (Ukraine), Boris Mikhailov est ingénieur de formation et devient photographe presque par hasard : le KGB ayant découvert des photos de nu de son épouse prises avec du matériel de son usine, il est renvoyé et décide alors de faire de la photographie son métier, sa vie. Et il a ainsi exploré depuis les années 60 nombre de domaines photographiques, du documentaire à la photo conceptuelle en passant par la satire ou la performance personnelle. Ce faisant, il expérimente toutes sortes de techniques et multiplie les astuces pour pallier au manque de moyens matériels.

Série Luriki (portraits soviétiques colorisés), 1971-1985 © Boris Mikhailov. Collection Pinault.

Avec 800 clichés et une projection vidéo, l’exposition « Boris Mikhailov – Un journal ukrainien » retrace chronologiquement ce parcours de l’URSS à l’Ukraine contemporaine en passant par la période mouvementée des années 90. A ses débuts, dans les années 60-70, Boris Mikhailov documente gens et évènements officiels dans la rue, mais en profite aussi pour coloriser ces photos avec des couleurs kitsch et mieux dénoncer l’univers artificiel qu’est pour lui l’URSS.

Il superpose aussi des clichés pour les fusionner et créer des images aussi poétiques que surréalistes, très « hippie » dans l’esprit. Avouons même que la projection à la MEP de ces images sur fond de musique du Pink Floyd (Dark side of the moon) est notre moment préféré…

Série Yesterday’s Sandwich, 1966-68, © Boris Mikhailov, VG Bild-Kunst, Bonn.

Boris Mikhailov verse aussi dans la performance. Il réalise par exemple son autoportrait en uniforme avec de fausses décorations, ou des clichés de ses vacances en Crimée où lui, son épouse Vita et leurs amis jouent à être des bourgeois. De façon plus controversée, ils se mettent aussi en scène pour interroger le rôle des Ukrainiens sous l’occupation allemande pendant la 2ème Guerre mondiale.

Série National Hero, 1991 © Boris Mikhailov, VG Bild-Kunst, Bonn.
Série Case History, 1997-98 © Boris Mikhailov, VG Bild-Kunst, Bonn

Dissident dans l’âme, Boris Mikhailov le reste dans les années 90 où il s’attache à montrer les difficultés de l’époque en photographiant les marginaux, les laissés pour compte de la transition vers le capitalisme. Des photos crues, volontairement provocantes qui ne laissent pas indifférent.

Dissident dans l’âme, Boris Mikailov est maintenant reconnu comme un des grands photographes de notre époque. « Journal Ukrainien » est un rendez-vous à ne pas manquer.

« Jamais frères ? Ukraine et Russie : une tragédie postsoviétique » d’Anne Colin Lebedev

Anne Colin Lebedev est chercheuse en sciences politiques et spécialiste de l’Ukraine et de la Russie post-soviétiques. Elle publie ce septembre 2022 aux Editions du Seuil Jamais frères ?. Ukraine et Russie : une tragédie postsoviétique où elle livre le résultat de ses réflexions sur l’évolution divergente des deux nations, datant de 2014 la rupture fondamentale entre elles.

Elle s’en explique d’ailleurs sur cette très intéressante interview réalisée par TV5:

224 pages, 14x21cm, 19€

Léonid Andreïev, écrivain à découvrir

Le rejet actuel de la culture russe va très loin. Les artistes contemporains soutiens du régime de Poutine sont bannis de nos scènes de théâtre et de concerts. Mais même les auteurs classiques souffrent de désamour, et les republications de leurs oeuvres peinent à trouver leur place en librairies.

Soutenons donc les efforts des Editions rue saint Ambroise à Paris de (re)publier l’écrivain russe Léonid Andreïev dans le cadre de leur collection « Les Meilleures nouvelles ». Peu connu, Léonid Andreïev (1871-1919) a été avocat et chroniqueur judiciaire tout en s’adonnant à l’écriture et à la photographie. Qualifié par certains de « meilleur novelliste après Tchékhov », il n’est connu en France que depuis les années 60 mais mérite largement de figurer dans votre liste de lectures pour cet été! .

A défaut de trouver en librairie ses Meilleures nouvelles, un recueil contenant les onze nouvelles les plus célèbres de Léonid Andreïev entièrement retraduites, présentées et annotées par Serge Rolet, vous pouvez acheter l’ouvrage sur le site de l’éditeur et bénéficier d’un tarif promotionnel (13 € au lieu de 16,50). Il vous suffira de taper (à la dernière étape du paiement) le code promo leonid.

Bonne lecture!

Leonid Andreïev meilleurs nouvelles éditions rue saint ambroise

Coeur de chien de Mikhaïl Boulgakov au Théâtre de la Reine Blanche

Voilà un spectacle qui vient à point nommé! Quand Mikhaïl Boulgakov écrit son texte Coeur de chien en 1925, il règne encore un peu de liberté en URSS. Et en s’appuyant sur son sens du fantastique, Mikhaïl Boulgakov s’en donne à coeur joie avec ce conte d’un chien auquel on greffe des glandes humaines… et qui se transforme en prolétaire borné et vulgaire! Cette satire des prolétaires comme des bourgeois tourne surtout en dérision la volonté de tous les totalitarismes de créer un « homme nouveau ».

Du mercredi au dimanche jusqu’au 8 mai 2022, le Théâtre La Reine blanche/Scène des arts et des sciences ( 2 bis Pass. Ruelle, 75018 – Paris), vous propose une adaptation théâtrale de Coeur de chien interprétée par 5 comédiens de la compagnie de l’Etoile dans un rythme soutenu.

Renseignements et réservations sur le site du théâtre

Appel international d’écrivains sur la guerre en Ukraine:

Appel à tous ceux qui parlent russe, avec version russe en-dessous de la version française:

« Meduza (média russophone en Lettonie créée par la journaliste Galina Timtchenko) publie un appel international d’écrivains à tous ceux qui parlent russe au sujet de la guerre en Ukraine. Nous publions ce texte simultanément avec le britannique The Guardian, l’espagnol El Mundo, le norvégien Aftenposten et d’autres grands médias européens.

Aujourd’hui, nous, écrivains, faisons appel à tous ceux qui parlent russe.

Aux personnes de toutes nationalités. A ceux pour qui le russe est natif. A ceux pour qui c’est une langue seconde. Ou la troisième.

Aujourd’hui, la langue russe est utilisée par l’État russe pour inciter à la haine et justifier la guerre honteuse avec l’Ukraine. En russe, les médias officiels prononcent comme un écran de fumée tous les mensonges qui entourent cette agression.

Les citoyens russes ont été nourris de mensonges pendant de nombreuses années. Les sources d’information indépendantes ont été presque détruites. De nombreux détracteurs du régime ont été réduits au silence. La machine de propagande étatique tourne à plein régime.

Mais aujourd’hui, il est essentiel de transmettre aux citoyens russes toute la vérité sur l’attaque russe contre l’Ukraine. À propos de la souffrance et de la perte du peuple ukrainien. A propos du danger pour l’ensemble du continent européen, et, éventuellement, pour toute l’humanité – en cas de menace nucléaire.

Vous parlez russe. Cela signifie beaucoup.

Merci d’utiliser tous les moyens de communication possibles. Téléphone. Messages. E-mail. Parlez aux gens que vous connaissez. Avec ceux que vous ne connaissez pas. Si Vladimir Poutine est aveugle et sourd, peut-être que les Russes entendront ceux qui parlent la même langue qu’eux.

Cette guerre criminelle doit cesser. » #SkipPutinTalkToRussians

Svetlana Aleksievitch, prix Nobel de littérature

Vladimir Sorokine

Ludmila Oulitskaïa

Dmitri Glukhovsky

Viktor Chenderovitch

Maria Stepanova

Sergueï Lebedev

Lisa Aleksandrova-Zorina

Sacha Filipenko

Alisa Ganieva

Victor Martinovitch

Maxime Osipov

Alexandre Génis

Lev Rubinstein

Alexandre Ilichevsky

Mikhaïl Chichkine

Boris Akounine

Nous soutenons cette demande:

Herta Müller (Allemagne), prix Nobel de littérature

Elfriede Jelinek (Autriche), prix Nobel de littérature

Olga Tokarczuk (Pologne), prix Nobel de littérature

John Maxwell Coetzee (Afrique du Sud/Australie), prix Nobel de littérature

Matthias Hénard (France)

Nuruddin Farah (Somalie/Afrique du Sud)

Pankai Mishra (Inde/Angleterre)

Juan Gabriel Vasquez (Colombie)

Ilya Troyanov (Allemagne)

Amir Hassan Cheheltan (Iran)

Christoph Hein (Allemagne)

Georgy Gospodinov (Bulgarie)

Version en russe:

«Медуза» публикует международное обращение писателей ко всем, кто говорит по-русски — по поводу войны в Украине. Этот текст мы выпускаем одновременно с британской The Guardian, испанской El Mundo, норвежской Aftenposten и другими важнейшими европейскими СМИ.
Сегодня мы, писатели, обращаемся ко всем, кто говорит на русском языке.
К людям всех национальностей. К тем, для кого русский — родной. К тем, для кого он — второй язык. Или третий.
Сегодня русский язык используется российским государством, чтобы разжигать ненависть и оправдывать позорную войну с Украиной. На русском языке официальными СМИ произносится вся та ложь, которая дымовой завесой окружает эту агрессию.
Граждан России кормили ложью много лет. Независимые источники информации были почти уничтожены. Многих критиков режима заставили замолчать. Государственная машина пропаганды работает на полном ходу.
Но сегодня критически необходимо донести до граждан России полную правду о нападении России на Украину. O страдании и потерях украинского народа. Об опасности для всего европейского континента, и, возможно, всего человечества — в случае ядерной угрозы.
Вы говорите по-русски.
Это многое значит.
Пожалуйста, используйте все возможные средства коммуникации. Телефон. Мессенджеры. Электронную почту. Говорите с теми, кого вы знаете. С теми, кого не знаете. Если Владимир Путин слеп и глух, может быть, россияне услышат тех, кто говорит с ними на одном языке.
Эта преступная война должна быть остановлена. #SkipPutinTalkToRussians

Светлана Алексиевич, лауреат Нобелевской премии по литературе
Владимир Сорокин
Людмила Улицкая
Дмитрий Глуховский
Виктор Шендерович
Мария Степанова
Сергей Лебедев
Лиза Александрова-Зорина
Саша Филипенко
Алиса Ганиева
Виктор Мартинович
Максим Осипов
Александр Генис
Лев Рубинштейн
Александр Иличевский
Михаил Шишкин
Борис Акунин
Мы поддерживаем это обращение:
Герта Мюллер (Германия), лауреат Нобелевской премии по литературе
Эльфрида Елинек (Австрия), лауреат Нобелевской премии по литературе
Ольга Токарчук (Польша), лауреат Нобелевской премии по литературе
Джон Максвелл Кутзее (ЮАР / Австралия), лауреат Нобелевской премии по литературе
Матьяс Энар (Франция)
Нуруддин Фарах (Сомали / ЮАР)
Панкай Мишра (Индия / Англия)
Хуан Габриэль Васкес (Колумбия)
Илья Троянов (Германия)
Амир Хасан Чехелтан (Иран)
Кристоф Хайн (Германия)
Георгий Господинов (Болгария)

La Khovantchina de Moussorgski à Opéra Bastille

Après les annulations de janvier, il reste encore des places mardi 15 février et vendredi 22 février 2022 pour les dernières représentations de La Khovantchina à l’Opéra Bastille. Cet opéra fleuve (4h avec deux entractes) de Modeste Moussorgski est aussi connu que Boris Godounov (également de Moussorgski) et, comme ce dernier, nous plonge dans les profondeurs de l’histoire russe. Ici, Moussorgski nous raconte la révolte des « vieux-croyants » orthodoxes contre les réformes de Pierre le Grand au début de son règne.

La Khovantchina est un spectacle visuel exceptionnel, et on dit que jamais on ne vit autant de figurants sur la scène de l’Opéra Bastille! Vous y retrouverez l’orchestre et les choeurs de l’Opéra national de Paris dans une orchestration signée Chostakovitch, et avec des solistes russes en « guest stars ».

Moussorgski Khovantchina

Projections et débats sur le film Conférence d’Ivan I. Tverdovsky

Sélectionné et primé à de nombreux festivals (Venise, Le Caire, Séville), ce film du jeune réalisateur russe Ivan I Tverdovsky revient sur des évènements tragiques de 2002.

Synopsis: 17 ans après la prise d’otages du théâtre Dubrovka, l’une des tragédies majeures du 21ème siècle dans l’histoire de la Russie, Natalia, revient à Moscou pour organiser une soirée commémorative pour les familles des victimes de l’attentat d’octobre 2002. Pourquoi s’est-elle retirée dans un monastère depuis si longtemps ? Pourquoi sa fille la rejette-t-elle ? Quel est le but de sa démarche ?

Ce film d’auteur sur un sujet difficile sort en salles ce mercredi 12 janvier 2022, mais les séances sont rares (voir sur Allociné). Du coup, le distributeur Destiny Films programme cette semaine deux soirées avec projections suivies d’un débat:

> Cinéma Saint-André des Arts (30 rue Saint-André des Arts, 75006 Paris) le jeudi 13 janvier 2022 à 20h00. Avec la participation de Sacha Koulaeva, Experte en Europe de l’Est et enseignante à Sciences Po.

> Cinéma L’Entrepôt (7 Rue Francis de Pressensé, 75014 Paris) le vendredi 14 janvier 2022 à 20h00 avec la participation du journaliste Dimitri de Kochko, président de l’association FRANCE-OURAL

Réservation auprès des cinémas concernés (plus Allociné pour le cinéma L’Entrepôt)

Tverdovsky film conférence